Category Archives: jeux vidéos

Dance Star Party : bouge ton corps (pas trop) n’importe comment

C’était il y a maintenant plus d’une semaine.

C’était au Baron.

C’était la soirée Dance Star Party.

Dance Star Party © Playstation France

C’était le jour de gloire de Spry. (Certains disent qu’il est black et donc qu’il a ça dans le sang. Mais il ne s’agit que d’une rumeur, ne nous emballons pas.)

Dance Star Party © Playstation France

C’était un moment de bonne humeur. De mouvements plus ou moins gracieux, de déhanchés plus ou moins assumés, de perspiration intense.

C’est également mon dernier “fangirl day”* en date puisque Orelsan était des nôtres. Et que je suis allée lui parler. Après 30min de recherche (fructueuse) d’une phrase d’accroche à la con.

Que ce soit clair, j’ai perdu tout mes battles.

Que ce soit clair, je me suis amusée, j’ai ri, et j’en redemande.

Concrètement, Dance Star Party fait bien le job. La playslist de 40 titres est suffisamment éclectique à mon gout (de Diana Ross à LMFAO en passant par les Chemical Brothers). De plus, le défilement des paroles de la chanson, façon karaoké, apporte un élément festif supplémentaire non négligeable (le micro est reconnu par le jeu). Idem pour le clip qui s’affiche sur l’écran et qui peut “occuper” le regard des spectateurs pendant la partie.

Après, les hardcore-gamers/dancers trouveront peut-être à redire sur la présentation des silhouettes (un peu sombres) et l’absence de reconnaissance des mouvements des membres inférieurs, PlayStation Move oblige.

Toujours est-il que les ingrédients d’un bon Party Game entre potes sont bel et bien là.

Pour preuve, regardez la joie qui se dégage de cette jeune demoiselle floue et non-identifiable.

La joie la joie la joie

* En l’occurence, c’est pas vraiment vrai car jeudi dernier j’étais quand même au premier rang du concert acoustique de Kasabian au Bus Palladium… en mode fangirl donc.

Advertisements
Tagged , , , , ,

My geek-like summer

Un mois depuis que je n’ai pris le temps d’écrire ici. C’est vraiment trop long. Je m’auto-flagelle avec des poireaux pour la peine tiens.

Mais comme d’hab, j’ai de vraies bonnes circonstances atténuantes. Tout d’abord, un nouveau job à haut niveau d’intéressitude et de challengement (qui n’est malheureusement qu’un stage pour l’instant) dans un univers qui m’est complètement étranger pour le moment, ou presque : le luxe. Une fois de plus dans ma vie, la maxime populaire “ne jamais dire jamais” se vérifie d’une façon tout à fait magistrale.

Ensuite, un nouvel appart. Encore. 2 déménagements en moins d’un an. Un nouvel espace, 3 fois plus petit que le précédent, à apprivoiser. Alors ne me jetez pas la pierre, Pierre, mais j’ai préféré passer plusieurs soirées à vider les cartons, faire un pet’ de décoration, histoire de me sentir chez moi.

Enfin, c’est le retour des moments entre copains à la sortie du boulot, des longues soirées d’été en terrasses (de bars, of course), et des balades photographiques. Bref, moins de temps à la maison, plus de temps à la boisson (je n’ai rien trouvé de pire comme rime, pardon).

Néanmoins, je me suis équipée pour les quelques soirs à passer seule (ou accompagnée) ainsi que pour les longs moments de solitude dans les transports en commun.

chronophage attitude

Premièrement, j’ai eu le plaisir de recevoir un exemplaire de Naughty Bear sur Xboite. Alors oui, ce n’est pas un blockbuster vidéo-ludique mais il est suffisamment singulier pour valoir le détour. Pour résumer brièvement, vous êtes un nounours du mal. Et ça c’est la classe. Vos compatriotes nounours vous mettent à l’écart, vous êtes seul et mal-aimé ainsi vous décidez de vous venger de leur mépris. Tout ce qui vous entoure est une arme potentielle pour blesser puis massacrer vos semblables, mais les faire flipper et les rendre fous à tel point qu’ils en implosent est nettement plus sympa. Moralité : ce jeu ne vous en mettra pas plein la vue, mais vous permettra d’expulser toutes vos pulsions malsaines les plus refoulées. Et c’est tout ce qu’on lui demande. Amen.

Deuxièmement, j’ai remarqué que ma DS se sentait terriblement délaissée. J’ai craqué sur le deuxième opus du Professeur Layton (sorti il y a belle lurette) et sur Lego Harry Potter années 1 à 4. Plus casual tu meurs, mais j’assume parfaitement. Sur le premier rien à dire, toujours aussi prenant, toujours aussi joli, toujours aussi adapté au support. Pour le second, rien n’est moins sûr. Le multi-portage nuit grandement à l’adaptation DS au niveau graphique, même si, et heureusement, la console est relativement bien adaptée à l’usage de la baguette magique. Je déplore au plus au point l’absence de dialogues, mais je me console avec la sensation d’être à Poudlard et la quantité des contenus à débloquer.

Troisièmement, en tant qu’amatrice de beaux livres, j’ai profité de la sortie de Death Note en édition black pour enfin découvrir cette œuvre dont le succès n’est plus à démontrer. Et puis j’ai fini par compléter la courte (mais rappelez vous, size doesn’t matter) série Doubt, un manga façon thriller psychologique aux faux-airs de Saw. Je n’ai pas encore lu le tome 4, mais je compte bien reprendre l’histoire du début afin d’en apprécier encore plus la chute. En tout cas, pour ceux qui sont à court de mangas, je vous le conseille vivement.

Allez, c’était CleMs en live de son futon, qui espère avoir la motivation pour prendre le temps d’écrire ici plus souvent, quitte à sacrifier son sommeil. Envoyez-moi des mails d’insultes à cet effet (et uniquement à cet effet, merci), ça pourrait presque fonctionner.

Tagged , , , , ,
%d bloggers like this: