Category Archives: Musique

Little Barrie @ La Maroquinerie (ou le jour où j’ai écrit sur la musique)

Je me suis longtemps pensée incapable d’écrire au sujet de la musique. J’ai bien tenté la critique d’album avec le combo le logiciel de traitement de texte ouvert accompagné du casque sur les oreilles. J’ai essayé de poser des mots sur les sensations corporelles ressenties à l’écoute. Mais nul besoin de Captain Obvious pour comprendre que je vais vous dire que j’y ai échoué.

Et pourtant j’aime la musique. Bon, d’accord, certainement pas autant que ceux qui la font. Rappelez-moi d’en vouloir encore un peu à ma maman (bisou maman) de m’avoir fait prendre des cours de piano avec une bonne sœur en guise d’enseignante. J’accuse lâchement le traumatisme.

Heureusement, j’ai pu passer quelques heures affalée dans le canapé de l’antre de mon grand frère, à le regarder jouer d’une contrebasse brinquebalante (qu’il avait fabriquée lui-même) et de sa Gibson rouge bordeaux. God bless Rockabilly.

Heureusement (bis), j’ai passé de longues heures à l’arrière de la Renault 25 familiale, sur la route des vacances, à écouter quoiqu’en rechignant un peu au début, les classiques que sont Georges Brassens et The Beatles. C’était alors mon père qui jouait le cassette-jockey, car chez nous « c’est le conducteur qui choisit ». D’ailleurs, les Beatles, que ce même frère accuse d’avoir tué l’essence de ce qu’était le rock’n’roll.

A défaut donc de savoir transmettre par les écrits ce que me fait ressentir la musique, à défaut de savoir la jouer, j’apprécie surtout de l’écouter et de la vivre.

Et lorsque j’ai l’occasion de pouvoir traîner mon appareil en concert, c’est une chance pour moi de pouvoir faire partager ce que je vivais alors, visuellement, à ce moment.

Parce vous ne m’enlèverez pas encore de la tête l’idée que la photo de concert, si belle soit-elle, ampute par définition une grand partie de l’émotion véhiculée par son sujet. Elle représente la musique, en silence.

Little Barrie est un groupe de rock indé britannique composé du petit Barrie Cadogan (guitare, voix), du charismatique et bestial Virgil Howe (batterie) ainsi que du discret Lewis Warton (basse).

Je vous laisse scrollez jusqu’en bas de cet article pour découvrir ‘Surf Hell’, le premier single de leur dernier album ‘King of the Waves’.

http://littlebarrie.com/

http://www.myspace.com/littlebarrie

Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012
Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012
Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012
Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012
Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012
Little Barrie @ La Maroquinerie, Paris, 04/02/2012

Advertisements
Tagged , , , ,

Dance Star Party : bouge ton corps (pas trop) n’importe comment

C’était il y a maintenant plus d’une semaine.

C’était au Baron.

C’était la soirée Dance Star Party.

Dance Star Party © Playstation France

C’était le jour de gloire de Spry. (Certains disent qu’il est black et donc qu’il a ça dans le sang. Mais il ne s’agit que d’une rumeur, ne nous emballons pas.)

Dance Star Party © Playstation France

C’était un moment de bonne humeur. De mouvements plus ou moins gracieux, de déhanchés plus ou moins assumés, de perspiration intense.

C’est également mon dernier “fangirl day”* en date puisque Orelsan était des nôtres. Et que je suis allée lui parler. Après 30min de recherche (fructueuse) d’une phrase d’accroche à la con.

Que ce soit clair, j’ai perdu tout mes battles.

Que ce soit clair, je me suis amusée, j’ai ri, et j’en redemande.

Concrètement, Dance Star Party fait bien le job. La playslist de 40 titres est suffisamment éclectique à mon gout (de Diana Ross à LMFAO en passant par les Chemical Brothers). De plus, le défilement des paroles de la chanson, façon karaoké, apporte un élément festif supplémentaire non négligeable (le micro est reconnu par le jeu). Idem pour le clip qui s’affiche sur l’écran et qui peut “occuper” le regard des spectateurs pendant la partie.

Après, les hardcore-gamers/dancers trouveront peut-être à redire sur la présentation des silhouettes (un peu sombres) et l’absence de reconnaissance des mouvements des membres inférieurs, PlayStation Move oblige.

Toujours est-il que les ingrédients d’un bon Party Game entre potes sont bel et bien là.

Pour preuve, regardez la joie qui se dégage de cette jeune demoiselle floue et non-identifiable.

La joie la joie la joie

* En l’occurence, c’est pas vraiment vrai car jeudi dernier j’étais quand même au premier rang du concert acoustique de Kasabian au Bus Palladium… en mode fangirl donc.

Tagged , , , , ,
%d bloggers like this: